Le Conte du Roi Paradoxe

" Il était une fois, dans un petit village niché au cœur des coteaux de la Belle Gascogne, un Roi...Ce Roi ressemblait à tous les autres rois. Il avait un trône, une Cour et un Royaume...Il n'était ni trop petit, ni trop grand, ni trop gros, ni trop maigre. A le voir, il n'avait rien d'un ogre ou d'un monstre à deux têtes.  Ce roi là ressemblait à Monsieur Tout-Le-Monde...Mais contrairement à tous les autres rois, il avait un nom qui en disait long...

Il s'appelait le Roi Paradoxe...Il faisait tout et son contraire, et son raisonnement n'avait ni queue ni tête...

  • Chapitre Premier: 
Le Roi Paradoxe et les associations.

Notre Roi Paradoxe, qui portait haut le drapeau au Lys épineux, à l'arrière de son carrosse, avait décidé de s'octroyer le droit de désigner les associations méritantes des non méritantes. La suppression de la fête de Pentecôte allégeant considérablement les bourses de ces associations, notre Roi savait bien que toutes ne pourraient pas survivre à cette décision. Alors, tout comme Jules à une autre époque, il les fit combattre dans les arènes, pouce en l'air pour les plus grosses associations sportives, pouce en bas pour les autres...

Mais les associations survivantes ne savaient pas encore que leur périple ne s'arrêtait pas là. Afin d'obtenir les faveurs boursières du Roi Paradoxe nécessaires à leur survie, elle durent accepter de se plier à ses exigences, fermer leurs échoppes habituelles, privées de leur droit à servir des boissons, d'aller installer leurs étals autour des arènes pour animer les festoyeries voulues par lui au lieu des fêtes populaires traditionnelles et rentrer quelques deniers en guise de maigre consolation...

Mais le Roi ne s'arrêta pas là! Afin d'animer un peu plus la ville haute et les arènes, il accepta de donner à d'autres ce qu'il refusa à ses gens. D'autres personnes venant d'ailleurs avaient elles eu droit à la licence II accordée par sa Majesté alors même qu'il les avaient toutes refusées aux associations de son Royaume.

Mais pourquoi n'a-t-il pas accordé ce droit aux associations pour que les deniers restent dans la cité et que toutes les associations puissent subsister me direz-vous? Lui qui avait promis de rendre la cité à ses habitants, pourquoi a-t-il fait venir des gens d'ailleurs alors qu'il avait tout sous la main? Et pourquoi tant d'ingérence dans la vie associative alors que la liberté d'association est un droit fondamental reconnu par l'article 20 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948?

Parce qu'il s'appelait le Roi Paradoxe...Il faisait tout et son contraire, et son raisonnement n'avait ni queue ni tête...

  • Chapitre Second: 
Le Roi Paradoxe, les carrioles et les deniers de la cité.

Pour expliquer sa décision, Le Roi avait dit à son Royaume que la seule solution pour faire des économies, pour régler les problèmes de sécurité et de trafic de carrioles lors des fêtes populaires de la Pentecôte était de tout simplement les supprimer pour que les gens ne se déplacent plus...Mais alors que les troubadours chantaient déjà les décisions du Roi à travers toute la région, voici qu'il dégotât dans les terrains alentours 4 beaux parcs à carrioles spécialement mis à la dispositions des gens qui souhaiteraient venir à ses festoyeries....

C'était à ne plus y rien comprendre!

Mais le Roi ne s'arrêta pas là. Afin de rendre plus accessible un des parcs jusqu'au centre cité, il décida d'aménager un chemin piétonnier qui, s'il l'on en croît le quand-dira-t-on, devrait couter plus de 40 000 deniers aux contribuables de la cité.

Mais pourquoi tant d'efforts pour des fêtes annulées me direz-vous? Qu'en était-il des soi-disant économies? Et pourquoi ces pauvres gens de la cité doivent-ils payer pour voir leurs fêtes annihilées?

Parce qu'il s'appelait le Roi Paradoxe...Il faisait tout et son contraire, et son raisonnement n'avait ni queue ni tête...

  • Chapitre troisième: 
Le Roi Paradoxe et la Communication.

Pour finir sur les exploits du Roi, il décida de dépenser quelques deniers supplémentaires pour faire une campagne de publicité dans tout le pays. Quel paradoxe me direz-vous! Pourquoi faire de la publicité pour des fêtes annulées?

Et bien justement pour dire au plus grand nombre de ne pas se déplacer!

Mais c'est ridicule! Jamais encore un troubadour ou un trouvère, ou même tout colporteur ou voyageur en pays lointain n'avait jamais rapporté une telle idiotie!

Pourquoi donc dire au monde: "Et bien surtout, ne venez pas chez nous!"? , c'est comme parler de nos foies gras en disant" Surtout ne les achetez pas"! Et pourquoi ces pauvres gens de la cité devraient payer pour dire au gens d'ailleurs de ne pas venir chez eux?

Parce qu'il s'appelait le Roi Paradoxe...Il faisait tout et son contraire, et son raisonnement n'avait ni queue ni tête...


 Je ne peux vous narrer la fin de ce conte car elle n'est pas encore écrite dans l'histoire.

Peut-être la fée Majorette sera-t-elle venue une nuit remettre de l'ordre dans la tête de notre Roi et redonner à son cœur son élan d'enfant? Ou une Princesse sera-t-elle venue mettre de l'ordre dans ses papiers?

Ou alors peut-être que notre bon Roi aura eu tellement de mal à ne pas faire toute chose et son contraire qu'il aura divisé à tout jamais son Royaume pour le laisser mourir à petit feu jusqu'à l'oubli...

Ça, seul l'avenir nous le dira..."

 

Marie DA-DALT