Ce matin, j'ai vu deux hirondelles. Un sentiment bizarre s'est emparé de moi. Serait-ce le printemps ???

Apres un petit tour dans les parcs, j'ai pu constater que la plupart des plantes sortaient de leur léthargie et se couvraient de boutons.

Un peu comme ces adolescents quand l'acné  couvre leur visage pour mieux leur signifier que, "ça y est, tu as l'âge de voler de tes propres ailes, ton printemps est là", allez, qu'est ce que je fais pour Pentecôte ???

Ce moment ou tous pensent aux beaux jours, la mer, l'évasion, sortir, rencontrer, se rencontrer, chanter, la musique, les férias, Vivre quoi ....!!!!!

J'ai revêtu mon accoutrement habituel de gazette Vicoise pour faire un petit tour dans notre cité "d'accueil".

Je voulais savoir comment nos chers platanes vivaient cet instant.

Et là, au fur et à mesure que j'avançais, silencieux, une espèce d'angoisse me prit.

D'arbre en arbre, il me semblait entendre des voix, indistinctes au premier abord, puis, fixant mon attention, je commençais à comprendre leur langage.

Il ressemblait étrangement au langage commun, celui du bon sens.

Pas du patois, pas tout à fait du français, ce langage populaire que les êtres oublient, et auquel ils sont sourds dès qu'ils sont élus. 

Les premiers mots que j'ai bien identifiés, il faut dire que le jour se levait à peine, sont les suivants:

"Bonjour vieille branche"

Puis:  "ils sont pas encore arrivés"  Le coeur serré, j'ai compris qu' ils attendaient leurs compagnons familiers.

Il m'était souvent arrivé de traverser la rue principale, et de voir ces personnes discuter, s'invectiver, refaire le monde à leur pied....

Il m'a paru évident que ces forces de la nature étaient douées de compréhension et de mémoire!

J'ai bien compris qu'à VIC, si vous voulez savoir ce qui se trame, ce n'est vraiment pas auprès des instances officielles que vous aurez des informations claires.

Ni à lecture des journaux, bien que quelques articles rapportent des propos hermétiques que seul les initiés du sérail peuvent comprendre.

J'ai regagné mes pénates, songeur, persuadé que ces arbres me reveleraient tous les non dits Vicois.

Je décidais de prendre mon temps, d'établir une relation de confiance avec eux, et de vous faire part de ce qu'ils avaient  à raconter. Cela mérite une nouvelle rubrique que nous avons d'un commun accord,avec ces mémoires vivantes aux "feuilles" attentives,décidé d'intituler:

"les platanes racontent

 Les premièrs échangent, sont un peu confus:"vous vous rappelez quand...", quand ils étaient en majorettes......, quand le concours de fanfare ....., mais si, quand ils ont cassé le polystyrène et qui en aouaiou dé pèrtout ....., d'ailleurs y en un que je vois souvent entrer à la mairie, il me semble qu'il était pas le dernier .......

Bref, je n'arrivais pas à tout noter, je ne connaissais pas toutes ces anecdotes. La tête me tournais. Ils avaient soif de dire.

Je pensais à ces débats ou tous ont quelque chose à dire, veulent être écoutés, mais "charabiatent" dans leur coin, convaincus de détenir seuls LA vérité.

Ma décision était prise, on mettra le temps qu'il faudra, mais chacun aura, on connait-ça de par ailleurs, son temps de parole.

Gazettement votre,

La Gazette Vicoise.