La Gazette s'est laissé dire que, lors d'une réunion entre Monsieur le Maire et des représentants d'association, il était très malencontreusement sorti de la bouche de notre chef de lidia de Vic-Fezensac au sujet des "associations qui le méritent" que les Filles ne servaient à rien ! 

La Gazette ne doute pas qu'il s'agit là d'un écart de langage ou d'un petit moment d'égarement. Et bien oui, comment vouloir maintenir les corridas en pensant que tout ce qui fait le charme de cette culture est inutile? Que deviendrait la fête tauromachique sans ses sévillanes? A quoi ressembleraient les apéros, ceux qui arrivent après le sixième toro, sans ses accords flamencos et les danses frente à frente, passionnées qui ravissent les yeux et le coeur des aficionados encigarillosés? C'est comme faire rentrer un torero dans l'arène sans sa muleta...C'est comme si l'on coupait les cornes du toro de la statue des arènes ou d'autres parties de son anatomie dont tout le monde sait que, sans elles, la statue perdrait de son réalisme!

Non, non, vraiment, il ne peut s'agir que d'un fourchage de langue...parce que, même Miguelito le sait bien ! Ce n'est pas parce qu'un torero est seul dans l'arène et que les filles n'ont pas leur place au coeur de la lidia que leur douceur, leur force dans leur frente a frente et leur générosité ne sont pas essentielles par ailleurs...et puis, après tout, un torero se sentirait bien seul sans les filles...et les hommes se sentiraient bien seuls sans les femmes...quoi qu'on en dise...