On peut dire que La Gazette n'a pas chômé ce week-end...Après avoir arpenté les bords du terrain de Vic-Fezensac pour le fameux match des verts contre les blancs, La Gazette a vidé ses placards et ses tiroirs à la recherche de sa plus belle culotte ventre-plat, ressorti son vieux wonderbras d'adolescente (un peu usé et une baleine en moins mais bon, il peut encore faire illusion!), fait un petit périple à Séville pour trouver une jolie robe sévillane verte à pois roses, un châle noir et une mantille...et hop, une touche de parfum dérrière les oreilles, une paire de chaussures à talons poussièreuses lustrées pour l'occasion...et la voilà enfin prête à partir à la rencontre de celles qui sont et qui ont toujours été les ambassadrices du charme, de l'élégance, de la générosité et de la chaleur de Pentecôte à Vic...

Voici donc, pour vous et en exclusivité pour la Gazette Vicoise, l'interview  d' "une Fille de la Bodéga des filles"!

GV: Pourriez-vous nous raconter comment est née la Bodéga des Filles et nous donner un petit résumé de son histoire, pour ceux qui ne vous connaîtraient pas?

BF: La Bodega des Filles est née il y a 25 ans de la complicité d'un groupe de copines toutes animées par le désir de danser la Sévillane et de faire la fête. Elle fut tour à tour située à la Maison du CTV (Club Taurin Vicois), à la Grainaiterie Cabanes, puis sous Chapiteau durant 5 années rue Touade et enfin place de la Poste. Elle a toujours été un "haut" lieu de la fête à la Vicoise, de l'humour et du sourire mêlant danseurs de sévillanes et Fanfarons.

GV: Que pensez-vous des résultats de la consultation et de la décision du Conseil Municipal?

BF: Le résultat de la consultation fut un choc, mais m'a en même temps ouvert les yeux et foutu une claque : des Vicois n'appréciaient pas ou plus Pentecôte ! Quant à la décision du CM (Conseil Municipal), elle me semble bâclée et irréfléchie, la municipalité n'a pas pris le temps de mesurer les conséquences : épuisement des forces vives de la ville qu'elles soient associatives ou commerciales, risque certain quand à la fréquentation des Arènes etc ...

GV: Quelles seraient les conséquences de l'arrêt des fêtes pour votre association?

BF: La conséquence de l'arrêt des fêtes sera l'arrêt total de notre association. La bodega des Filles est un local communal et nous ne sommes pas subventionnées !

GV: Quel message voulez-vous adresser à la Mairie?

BF: "Messieurs les censeurs, prenez du recul, quelle est votre légitimité pour "suspendre" l'Histoire des Vicois ?"

GV: Quel est votre plus beau souvenir de Pentecôte?

BF: Mon plus beau souvenir : 4h du mat à la Bodega des Filles, lundi de Pentecôte 2011 , le dernier "boeuf" des fanfares !

GV: Votre rêve pour le prochain Pentecôte?

BF: Danser ma première sévillane à 20h30 le samedi de Pentecôte 201?? à la Bodega des Filles...

Retrouver la Bodéga des Filles en musique et en images (sur des paroles et une mélodie signée Jean-François Grabowski - alias Nounours pour les intimes): vodpod.com/watch/534565-a-la-bodega-des-filles